in Divers, Materiel, Pour commencer

Bien choisir son matériel

Aujourd’hui, on va parler matériel mais pas présentation de matériel ou quel est le meilleur matériel mais plutôt la rationalisation de son matériel.

Alors, l’idée de cette vidéo ça fait un moment que je l’ai. Elle me vient en faite d’un américain qui s’appelle Matt Day qui a lancé une chaîne photo il y a à peu près deux ans et une des vidéo qui m’a fait le découvrir et qui m’a beaucoup parlé, c’était une vidéo où il parlait justement de rationalisation de matériel.

Parce que comme vous le savez  que ce soit en numérique avec le dernier objectif ou le dernier boîtier ou en argentique avec le boîtier toujours un peu plus spécial, toujours plus rare. Quand on aime la photo, on a souvent tendance à être un  peu… pas fétichisme du matériel mais presque. Du coup, on a souvent tendance à accumuler et à se dire” Ah tiens! Si j’avais tel appareil, je pourrais faire tel truc ” et le jour où on le peut, on le prend et on finit par se retrouver avec une armoire pleine de matériels. C’est pas ce qu’on sait pas quoi en faire, on sait toujours quoi en faire et du coup quand on part faire des photos, on a tendance à vouloir ( et moi le premier ) à tout prendre. Du coup suite à cette vidéo, je me suis dit ” Tiens je vais essayer. A chaque fois que je vais partir prendre des photos, je vais choisir un appareil, un objectif, un film et c’est tout et voir ce que ça donne “.

Et effectivement, j’ai commencé à le faire à l’échelle d’une sortie puis à l’échelle d’une journée, puis à l’échelle d’un week-end. Je suis même parti une semaine en vacances avec juste un seul Setup et finalement c’est toujours la même chose, on a fait un choix à priori et bon on se contraint dans ce choix là mais il nous permet de ne plus nous poser la question quand on voit une scène de se dire : ” Quel objectif je vais prendre “ et finalement on a limité ses choix. On a plus le choix, on n’a plus qu’à faire le choix de déclencher et ça c’est hyper important pour gagner en réactivité, en efficacité, en simplicité. Travailler un peu son instinct. Faire le choix avant et ne plus avoir le choix au moment où on doit prendre la photo, c’est presque libérateur. On sait bien qu’il y a tout ce discours autour de la focale fixe qui est bénéfique sur la qualité de nos photos parce qu’on a déjà fait un choix de focale et ensuite on va avancer et reculer pour choisir son cadrage. Là, l’idée c’est de faire l’étape d’après: d’aller un peu plus loin et de ne plus avoir le choix de se dire : ” Tiens! Si je changeais de focale fixe “.

Non, moi personnellement par exemple, quand je pars pour du portrait ou pour un mariage, j’ai un Contax 645, un 80 mm, de la Portra 400. Quand je pars faire de la street photography, j’ai ce setup là que je vous ai montré dans la vidéo sur le zone focusing : donc un Leica M, un 28 mm et de la HP-5 Plus ou la Tri X 400 qui sont globalement les mêmes émulsions.

J’ai même choisi de pousser à ne prendre qu’un seul type de révélateur. J’aime beaucoup le Rodinal, je vous ferais une présentation sûrement sur ce révélateur là. Il faut savoir que c’est un des révélateurs les plus anciens qui existe. Quand je pars dans la nature pour faire du paysage, j’aime beaucoup le format 67. Donc, je vous avais présenté le Plaubel 67, c’est un appareil qui est génial parce qu’il est assez compacte et toujours pareil, je choisis de prendre la Portra 400, j’aime beaucoup le paysage en couleur, un peu moins en noir et blanc.

Donc pour résumer, qu’est-ce qui va vous permettre de faire ce choix là ? Ça va vous permettre de vous libérer l’esprit et de vous dire ” Je n’ai pas le choix, je ne peux prendre la photo que comme ça. Je la prends ” et vous verrez en faite en vous contraignant à choisir un setup pour un type de photo et à ne prendre que ce setup là sur un temps donné va vraiment vous aider à trouver une sorte de consistance, à travailler votre œil, à intégrer cette focale. Je sais que moi voilà de plus en plus, j’ai repris cette configuration là pour la photographie de rue, je vois en 28 mm. Sur les mariages, je vois au 80 mm qu’il y a un équivalent de 50 et ça m’aide beaucoup en faite à instinctivement trouver ma distance avec mon sujet et sans même réfléchir me placer exactement au bon endroit pour prendre la bonne photo.

Voilà, j’espère vraiment que vous allez mettre en application ce conseil. Moi, c’est vraiment quelque chose qui m’a aidé à progresser. Alors, après j’ai toujours beaucoup d’appareils et j’aime bien changer mais voilà sur des périodes courtes il faut vraiment le prendre comme un exercice, comme des gammes en musique, et ça a un côté assez ludique de se dire ” Tiens, finalement ça, ça aurait été peut-être mieux avec un 50 mm. J’ai mon 28, je vais me débrouiller pour faire l’image, capturer l’instant avec ce que j’ai et finalement c’est ça l’essentiel “. C’est capturer l’instant cadré composé.

N’hésitez pas à me partager dans les commentaires votre configuration fétiche en fonction de l’usage. Donc, par exemple si vous faites du mariage, qu’est-ce que vous préférez faire pour du mariage? Si vous faites de la street photographie, du portrait etc. Je suis curieux de savoir avec quoi vous travaillez et surtout avec quoi vous aimez travailler ou éventuellement avec quoi vous aimeriez travailler?

Je vous dis à très vite et je compte sur vous pour essayer cet exercice qui va vous êtes vraiment bénéfique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *